Qui sommes nous ?   Nous contacter Adhérer Espace adhérents

Constat
Objectif
Méthode


Concertation
Elus
Administration
Autres
Presse


Acteurs
Dossiers


Adresses
Modèles de lettres
Liens
Questions et réponses

Concertation

Accueil/Actualités

COMPTE-RENDU DE L'ACTION MENEE PAR ADNA 92
AU SEIN DES INSTANCES DE CONCERTATION POUR L'AEROPORT DU BOURGET

POINT AU 1ER FEVRIER 2006


Rappel des premiers travaux :

La réunion plénière de la Commission de Concertation Informelle pour l'aéroport du Bourget qui s'est tenue le 4 juin 2003 avait décidé de créer 3 groupes de travail, en préalable à la rédaction d'une charte de l'environnement. Ces groupes concernaient :
- groupe 1 : la mesure du bruit,
- groupe 2 : la structure et l'évolution du trafic,
- groupe 3 : l'évolution de l'activité de l'aérodrome.

ADNA 92 a choisi les groupes 1 et 3 et a été retenue. Les travaux ont débuté le 24 Octobre 2003 et se sont échelonnés jusqu'au 4 Juin 2004. Le groupe 1 s'est réuni 4 fois et le groupe 3 a tenu 6 réunions.

Dans ces rencontres, notre Association se trouvait face aux représentants de 3 interlocuteurs (voir rubrique acteurs), ADP, la DGAC et EBAA, organisme regroupant les compagnies utilisatrices de l'aviation d'affaires. Les débats ont tourné autour de l'augmentation du trafic, que ces acteurs voudraient passer de 55 000 mouvements en 2003 à plus de 80 000 dans les 10 années à venir.


Lancement des réunions destinées à rédiger une charte :

Le 22 Juin 2004, lors de la réunion plénière de la Commission de Concertation Informelle, il a été décidé de créer un Comité de Rédaction de la Charte de l'Environnement de l'aéroport du Bourget. ADNA 92 a été retenue pour en faire partie. 11 réunions se sont déjà tenues du 21 Septembre 2004 au 30 Janvier 2006.

ADNA 92 a abordé ces réunions avec un esprit offensif, en étroite coopération avec les autres associations, plus particulièrement "Environnement 92" et "Environnement 93". Les principales demandes de nos 3 associations concernent :
1. L'interdiction des mouvements de nuit,
2. La limitation du tonnage et des créneaux horaires réservés aux gros porteurs,
3. Le plafonnement du trafic au niveau actuel, soit 55 000 mouvements par an,
4. La mise en œuvre de procédures de moindre bruit. Cette expression regroupe le relèvement des altitudes de survol et les procédures de descente lisse ou continue, les moteurs étant au ralenti.

Lors d'une nouvelle réunion plénière de la Commission de Concertation Informelle, le 6 Juillet 2005, le préfet de Seine Saint-Denis a exhorté toutes les parties prenantes à faire un effort pour progresser. La DGAC a annoncé que des études seraient lancées sur les procédures de moindre bruit. Le 23 Janvier 2006, ADP a décidé de commander une étude sur les conséquences économiques de la demande n° 3, mais a refusé d'étudier les autres demandes, notamment la première sur la restriction des mouvements nocturnes.


En conclusion :

La négociation restera longue et rude entre les représentants des populations survolées et ceux de l'industrie. Ces derniers disposent de moyens puissants et reflètent des enjeux économiques énormes. Pour notre Association, l'intérêt à long terme de la Région Ile de France consiste à trouver un équilibre entre l'activité engendrée par le trafic aérien et la qualité de la vie pour les populations survolées. La réduction des nuisances en fait partie.



Site réalisé par ALFA FRANCE sarl